Bla Bla Bla

Et si ce qui me pousse à parler est la volonté d'être compris, pire encore : le besoin de gratification ; je peux être certain que les mots qui sortiront de ma bouche seront tout droit empruntés à la bouillie répugnante du discours courant, et j'en serais le premier insatisfait (de n'avoir su me taire ou d'avoir répété des platitudes).

 

De tous ceux qui n'ont rien à dire les seuls supportables sont encore ceux qui se taisent.

 

Cet enseignement vaut d'abord et avant tout pour je.

 

 

 

Please reload

Please reload