Ne nous soumets pas à la tentation

Il y a quelques semaines j'avais posté un petit texte concernant le Livre de Job en disant que si la Bible devait aujourd'hui être réécrite ce passage serait certainement le premier à être modifié ou supprimé.

Il est vrai que la grande majorité des chrétiens est très mal à l'aise avec le Livre de Job et certains d'entre eux pensent même qu'il s'agit d'un texte qui doit être simplement supprimé, car considéré comme un blasphème païen.

Le livre de Job est en réalité l'un des écrits les plus fondamentaux pour l'éthique chrétienne.

Cette intuition était fondée puisqu'on a appris récemment que le Pape François lui-même, de façon très surprenante à vrai dire, appelle à un changement dans la prière du "Notre Père", puisque celle-ci induirait que Dieu lui-même nous soumettrait à la tentation.

En réalité la question de savoir s'il s'agit d'une bonne ou mauvaise traduction des écritures originales n'est que secondaire.

La question fondamentale est ailleurs.

Car visiblement que Dieu puisse nous pousser à la tentation est inconcevable pour la plupart des chrétiens, ils ne veulent pas y croire.

Mais à lire les écritures, n'est-ce pas Dieu lui-même qui a planté l'arbre de la connaissance au beau milieu du jardin d'Eden ?

Et pour revenir au Livre de Job : n'est-ce pas Dieu lui-même qui a fait un pari avec le Diable et a produit les souffrances abominables de son plus fidèle serviteur ?

Depuis le Livre de Job, nous n'avons plus seulement et simplement affaire à l'écart entre l'homme et Dieu mais à l'écart, la division, l'inconsistance au cœur de Dieu lui-même.

La défense et la conservation de l'héritage chrétien ne peut pas passer par la suppression ou modification des écritures qui font problème, qui créent des tensions puisque c'est dans ces paradoxes mêmes que réside toute son éthique.