DOLTO A-T-ELLE ÉTÉ DÉFENDUE ? (1/4)


Dans la vie d'avant le virus circulait en France une attaque des plus odieuses envers la plus célèbre psychanalyste du pays.


Françoise Dolto aurait soutenu la pédophilie ...


Que les esprits soient aujourd’hui tous captivés par l’actualité virale ne doit pas, pour nous, constituer un obstacle ni même une distraction quant au travail, mais au contraire, cela doit être une opportunité de prendre le temps de penser et d’écrire au sujet de ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Dolto ».


L’occasion est belle d'en tirer les premiers enseignements pour la psychanalyse, mais pas uniquement.


De quoi la cabale visant Dolto est-elle le nom ?


Vraisemblablement à l’affût du « buzz », comme le disent les journalistes, les détracteurs de Dolto ont attendu que les actualités s’y prêtent pour rendre public des propos, très soigneusement sélectionnés, qu’ils estiment scandaleux et ainsi exiger le retrait du nom de la psychanalyste de certaines écoles françaises. Elle aurait certainement été la première à se réjouir de ce retrait.


A défaut d’être lecteurs ces détracteurs sont à la pointe de la communication – ceci expliquant certainement cela – et il me faut être honnête et souligner qu’ils s’y prennent vraiment très bien pour faire passer leurs messages sur la toile : les personnes un tant soit peu sensibles à la psychanalyse ne pouvaient pas passer à côté de la rumeur.

Cependant, je pense ne pas être le seul lorsque je dis qu’il ne faut pas leur en vouloir ou leur en tenir rigueur. Après tout, ils défendent leur bout de viande, comme on dit, et nous savons bien que la meilleure des défenses est bien souvent l’attaque. Selon toute vraisemblance, il se sentent obligés d'attaquer, et ils le font avec leurs armes qui sont très limitées. J’irais même un peu plus en avant et affirmerais que, quelque part, ils nous ont rendu service. Nous : les personnes soucieuses du discours analytique. Quelques années auparavant, il ne leur a fallu que tendre un micro à certaines personnes se présentant elles-mêmes comme psychanalystes pour que celles-ci se piègent et se ridiculisent toutes seules. Concernant « l’affaire Dolto » les choses sont assez similaires : nous en apprenons finalement peu sur la réception de la psychanalyse par les personnes qui lui sont étrangères mais nous en apprenons davantage quant à la situation de la psychanalyse aujourd'hui, notamment en étant attentifs aux différentes attitudes adoptées autour de cette polémique par ses « institutions » et « représentants officiels ». Toutes les chasses aux sorcières possibles et imaginables n’y feront rien : notre pire ennemi est toujours intérieur. J'y reviendrai plus tard.


Nous regrettons seulement, un peu, d’avoir affaire à de malhonnêtes et parfois même malpolis détracteurs, mais rendons nous à l’evidence : nous ne choisissons pas toujours nos adversaires. Nous en profitons alors pour saluer Jung, Sartre, Deleuze, Foucault, Chomsky, Clouscard ... qui ont le mérite – même si certains d'entre eux sont aussi tombés parfois dans l'invective – de formuler de véritables critiques, bien plus étayées que ce type de basses accusations cherchant à provoquer l’émoi chez ceux qui cultivent leur ignorance. Les détracteurs contemporains de la psychanalyse nous donnent cependant ici une belle occasion, non pas de leur répondre, à eux, mais de répondre de notre place, à nous, que nous souhaitons la plus proche du discours analytique, tel qu'élaboré par Jacques Lacan. La seule réponse envisageable est celle qui consiste à nous mettre au travail et rendre ce travail public. C'est ce à quoi Sigmund Freud, Jacques Lacan, Françoise Dolto – pour ne citer qu'eux – se sont toujours attelés.


C'est pourquoi il nous est apparu comme judicieux de proposer une lecture des diverses formes qu'a prise, non pas l'attaque, mais bien la défense de Françoise Dolto suite à ces accusations, avant de commenter un des textes au sujet de l'inceste extrait d'une entrevue avec la psychanalyste dans les «Dialogues Québécois».


Quelles ont-été les principaux arguments prenant la défense de la psychanalyste ? Françoise Dolto a-t-elle réellement été défendue ?