CAN I ?

En psychanalyse, et en particulier chez Lacan, porte le nom de « canaille » le sujet qui veut dérober la jouissance sans jouer le jeu du discours d’où elle s'ordonne.


Si par mésaventure une canaille venait à faire une psychanalyse le résultat serait qu'elle en deviendrait bête ; ce qui est un progrès faramineux puisque comme la psychanalyse nous l'enseigne il n'y a pas de sujet qui précède le signifiant mais le sujet est toujours l'effet du signifiant et ... il n'y a rien de plus bête qu'un signifiant !


Qu'une canaille puisse réaliser que son sujet, et son peu de réalité, ne sont qu'effet de langage aurait des vertus salutaires pour beaucoup.


Cela dit une canaille fait rarement une psychanalyse, elle en a même horreur, puisqu'elle s'imagine être plus maline que le langage lui-même.


Nos « démocraties occidentales » loin, très loin, de l'idée de la Démocratie Grecque ne sont-elles pas le terreau privilégié de la culture des canailles ?


Ses représentants justifient leur politique par les élections qui ne seraient que le reflet des souhaits des électeurs qui se retrouvent donc toujours un peu pantois, comme pris à leur propre piège, devant les scandales, les choix absurdes et ahurissants de ceux qu'ils ont élus.


Plus fondamentalement, dans une « démocratie occidentale » où le pouvoir se légitime par des termes purement contractuels n'y a t-il pas, derrière ces règles, ou entre les lignes de ces règles, la présence de leur reliquat réel témoin d'une jouissance obscène ?


Si la « démocratie occidentale » pouvait parler, ne dirait-elle pas quelque chose comme :


« Notre pouvoir est limité. Nous devons rester dans le cadre des contraintes de la loi. Nous sommes simplement embauchés par le peuple, les citoyens qui ont voté pour que nous fassions un certain travail. Cela constitue notre limite. »


Même si le pouvoir se légitime de cette façon, il y a toujours une espèce de sous-titre :


« Au fond, nous faisons tout ce que nous voulons. Nous sommes pleinement souverains. Notre pouvoir est sans limite. »


Voilà comment retomber sur la définition de la canaillerie par Jacques Lacan :


« Se prendre pour le grand Autre de quelqu'un »